• RH Talents

La valeur travail remise en cause ?

Dernière mise à jour : 6 juin



COMBIEN ÊTES-VOUS À NOUS DIRE « JE N’ARRIVE PLUS À RECRUTER » ?


Si cette tendance, constatée par nos équipes depuis plusieurs mois, n’a pas alerté au tout début, force est de constater qu’en dehors des grands groupes (Danone, Peugeot ou L’Oréal n’ont sans doute pas ce problème), il est devenu extrêmement difficile d’attirer des candidats dans les TPE et PME françaises en 2021.


QUE S’EST-IL PASSÉ ?


Il y a encore 1 an – voire 6 mois – les journalistes s’accordaient à parler de Crise en évoquant la situation de nombreux français au sortir du confinement, à l’issue des aides accordées par l’Etat dans le cadre du chômage partiel.


Pourtant, non seulement nous sommes revenus au niveau de l’Emploi qui a précédé le 16 Mars 2020, mais celui-ci est désormais dépassé.


Avec 6% de croissance, un plan de relance dynamique et une euphorie générale, cette idée de possible crise semble loin derrière nous.


Bien sûr, certaines entreprises ont fait les frais de la crise sanitaire, quelques secteurs n’ont pas encore retrouvé leur niveau d’activité d’origine.


Mais la vie a repris ses droits et avec elle, une furieuse envie de sortir, consommer, faire la fête, profiter de la famille, des amis…


ET LE TRAVAIL DANS TOUT ÇA ?


J’entends régulièrement des chefs d’entreprise expliquer que leurs salariés ne veulent plus travailler, n’hésitant pas à solliciter une rupture conventionnelle (le sésame pour bénéficier des allocations chômage).


Certains ont un projet précis en tête : une reconversion, une création d’entreprise… Mais d’autres veulent tout simplement « profiter de la vie ».


Fuir le stress du réveil le matin, les contraintes, le poids d’un patron, autant d’éléments qui ne leur conviennent plus et dont il souhaitent s’affranchir.


COMMENT EN EST-ON ARRIVÉ LÀ ?


On nous dit qu’il s’agit de la nouvelle génération. Personnellement, je pense que les jeunes ne sont pas vraiment concernés par ce sujet.


Car ceux-ci, une fois leur projet professionnel en tête, trouvent finalement assez rapidement du travail (à nuancer, cependant, lorsque le niveau d’étude est faible ou lorsqu’ils sont issus de quartiers défavorisés).

Si leur job ne leur plait plus, ils n’hésitent pas à passer d’une entreprise à une autre en fonction de leurs critères d’épanouissement ou de leurs ambitions.


Lire l'intégralité de l'article "Peut-on redorer la valeur Travail" sur le blog Le Grand Bain.



3 vues