• RH Talents

Réforme de la formation professionnelle : quel avenir ?



La réforme de la formation professionnelle continue du 5 septembre 2018 souhaitait insuffler une nouvelle dynamique en faveur de l’apprentissage et de la formation professionnelle.


Elle a notamment connu un réel engouement sur son volet “Apprentissage”, dont le nombre de contrats à plus que doublé entre 2018 et 2021.


L’autre réussite quantitative est le recours au CPF avec plus de 2 millions de formations financées en 2021 contre 517 000 en 2019.


Toutefois, le succès de la réforme est à relativiser sur les types de formations financées, sur les publics qui ont tiré le plus partie de l’apprentissage et enfin son financement.


En effet, le budget prévisionnel 2022 affiche un besoin en financement de 5.9 Mds d’Euros pour supporter l’ensemble des actions couvertes par France Compétences. L’opérateur public assure la répartition et le versement des fonds issus des contributions employeurs.


La commission des affaires sociales du Sénat présidée par Catherine DEROCHE, à travers un rapport d’information pointe une “crise de croissance” qui nécessite une régulation du système afin d’en garantir la soutenabilité et la pérennité.



Un bilan quantitatif positif


Le succès de la réforme de l’apprentissage est indéniable. Le nombre de contrats d’apprentissage conclus entre 2018 et 2021 a connu une augmentation de 128 %, passant de 321 000 à 732 000. Le nombre de centres de formation d’apprentis (CFA) créés depuis l’entrée en vigueur de la réforme est estimé à 1500.


La croissance constatée est due en grande partie à l’enseignement supérieur (cf. graphique ci-dessous). Plus de 60 % du total des contrats d’apprentissage signés en 2021 concernaient des formations Bac +2 ou plus. Les formations de niveau inférieur ou égal au baccalauréat n’ont pas connu le même rythme de progression.


Retrouvez l'intégralité de l'article sur le blog de Dig-IT : Quel avenir pour la formation professionnelle ?

1 vue

Posts similaires

Voir tout