top of page

Les femmes travaillent « gratuitement » à partir de ce lundi 6 novembre

Dernière mise à jour : 8 mai


Les femmes travaillent « gratuitement » à partir de ce lundi 6 novembre

Analyse des disparités salariales entre les sexes


Le phénomène de travail "gratuit" des femmes, mis en exergue par la lettre d’information Les Glorieuses, s’inscrit dans une démarche de sensibilisation aux écarts de rémunération persistants entre femmes et hommes. Cette année, l'écart de salaire moyen de 15,4 %, dénote une stagnation notoire dans la lutte contre les inégalités de genre en milieu professionnel. L'an passé, cet écart se chiffrait à 15,8 %, signalant une progression infime.


Statistiques et stagnation


Selon les données d'Eurostat, la différence salariale a été traduite en une date symbolique où théoriquement, les femmes commencent à travailler "gratuitement" comparativement à leurs homologues masculins. Ce calcul, qui en est à sa huitième année consécutive, illustre une stagnation préoccupante, comme le souligne Rebecca Amsellem, fondatrice de la newsletter.


Stratégies de résolution


Pour contrer ce phénomène, Les Glorieuses préconisent notamment la revalorisation des métiers à prédominance féminine et l'instauration d'un congé post-naissance égalitaire. L'accès aux aides publiques conditionné par le respect de l'égalité salariale figure également parmi les mesures suggérées.


Progrès législatifs


Des avancées juridiques récentes, telles que la décision de la Cour de cassation et l'adoption d'une directive européenne, s'orientent vers plus de transparence des salaires. Ces mesures visent à instaurer un cadre légal propice à l'équité salariale, avec une transposition attendue dans les législations nationales d'ici juin 2026.


Une responsabilité collective


Le gouvernement français et les organisations syndicales, comme la CFDT, s'engagent à promouvoir l'égalité professionnelle. Des négociations sont en cours pour réviser des dispositifs tels que l'index de l'égalité professionnelle et le congé parental, dans l’espoir d’atteindre des résultats concrets pour l'égalité salariale.


L'heure symbolique du travail non rémunéré des femmes constitue un rappel annuel des défis restants dans la quête d'une parité économique. L'engagement des institutions, tant au niveau national qu'européen, et la mobilisation civile demeurent cruciaux pour éradiquer les inégalités salariales.



Sources - Aller plus loin :



6 vues

Comentarios


bottom of page